Le Programme

94 actions pour Tours en 2020

Nicolas GAUTREAU

Candidat à l’Élection Municipale de Tours 2020

Tours, 31 janvier 2020,
nicolas-gautreau-les-independants-tours
Chères tourangelles, chers tourangeaux,

Parce que Tours nous rassemble, je suis candidat pour être votre Maire. J’ai réuni autour de moi une équipe de femmes et d’hommes de qualité qui ont décidé de mettre leur énergie et leurs compétences au service de notre Ville. Nous pensons qu’un bon maire n’a pas besoin d’étiquette politique, et que les Tourangeaux méritent mieux que des accords d’appareils et des alliances contre nature. Un bon maire doit d’abord être au service des tourangelles et des tourangeaux, être républicain et démocrate, ambitieux tout en préservant les finances de la ville, être dynamique et mobiliser toutes les énergies, enfin, être attentif à la situation de nos concitoyens les plus fragiles !

Nous sommes déterminés pour que Tours prenne toute sa place au sein de la Métropole qui est le lieu des choix importants en matière de transports, de développement économique et d’environnement notamment. C’est à l’échelle communautaire que nous devons désormais penser la ville de demain. C’est à ce niveau aussi que nous trouverons des marges de manœuvre budgétaire indispensables pour continuer à investir sans mettre à mal les finances de notre Ville. Il nous faudra poursuivre le désendettement de notre Ville.

Avec vous, nous mettrons en œuvre un programme riche de plus de 90 projets en nous appuyant sur le professionnalisme des services de la ville, en parfaite symbiose avec l’ensemble des acteurs locaux. Dans ce contrat de mandat, je vous propose que Tours devienne une ville respirable et végétale, une ville paisible et sûre, une ville propre, une ville solidaire, une sportive, une ville attractive aux plans économique, culturel et universitaire.

Notre ambition est simple : valoriser les nombreux atouts de notre ville, ses infrastructures, son patrimoine, sa culture, son génie littéraire, sa douceur de vivre et ses paysages, l’excellence de ses artisans et de ses commerçants, sa gastronomie, le tourisme, un CHRU dans la ville. Nous le ferons en pensant aussi générations futures. Nous avons le devoir de laisser à nos enfants une planète propre. Nous nous engageons pour cette raison à accélérer la transition écologique.

Nicolas GAUTREAU

Participez au Programme ! Voir la liste électorale 2020

Élections Municipales : Le Programme 2020

Nicoles GAUTREAU & Les Indépendants Tours

les-independants-tours

Une Ville Respirable & Végétale

Mobilité, Transition Écologique, Consommation & Gestion des Déchets

MOBILITÉ

1. Définir le schéma idéal de déplacement pour les 30 prochaines années (court, moyen et long terme) pour favoriser les déplacements doux et sécurisés (vélo, bus, Tram, voiture, train, avion en lançant un programme de recherche dirigé par l’Université / Polytech Tours.
2. Lancer un projet réaliste d’aménagement de pistes cyclables sécurisées pour les deux roues (vélos, trottinettes). Ce n’est pas seulement le nombre de kilomètres de pistes cyclables qu’il faut viser mais leur qualité, leur sécurité et leur complémentarité avec les autres modes de déplacement.
3. Favoriser l’intermodalité en maillant équitablement le territoire avec des parkings-relais. L’implantation précise de ces nouveaux parkings relais méritera d’être discutée avec les habitants. Cela permettrait de limiter les besoins en parkings en centre-ville et particulièrement sur les bords de Loire pour permettre de mettre en valeur ce patrimoine fluvial.
4. Développer un réseau de bus à haut niveau de service (BHNS) à Hydrogène : cette technologie mature et économiquement accessible offre des services comparables au tramway, une certaine capacité d’autoproduction de l’énergie. Complémentaire du tramway, cette technologie de BHNS H2 permettrait d’accélérer, pour un coût plus raisonnable compte tenu du niveau d’endettement de la ville et de la Métropole, les dessertes Est/Ouest et Nord/Sud vers les villes de Fondettes, de Saint Pierre des Corps et de Chambray. L’objectif est de disposer d’une flotte 100% bas-carbone à l’horizon 2030.
5. Lancer une nouvelle consultation pour l’extension du réseau de tramway dans le cadre d’un schéma global des mobilités : malgré l’avis favorable du conseil de la Métropole, un certain nombre de questions majeures restent toujours en suspens : Le financement de ce projet et son impact sur l’endettement de la ville et de la métropole, le tracé, l’absence de liaison avec la gare de Saint-Pierre-des-Corps ou l’aéroport, l’abattage des arbres, l’implantation des parkings relais, etc.
6. Préparer le déplacement de la Gare routière : avec l’explosion du trafic d’autocars, la question du déménagement de la gare routière (place du Général Leclerc et de la rue Edouard Vaillant) va se poser inévitablement. Son interconnexion avec le train et le service de transport urbain devra faire l’objet d’une desserte cadencée. Cela permettra de traiter l’embellissement et le verdissement de ces deux sites.
7. Favoriser les dessertes ferroviaires locales et leur verdissement (Matériels ferroviaires électriques ou hydrogène) : desserte gares de Tours / Saint-Pierre des Corps. Corridors (Tours / Amboise, Bléré, Loches, Château Renault, Port de Piles, Saint Paterne Racan, Port Boulet et Chinon). Elargir le tarif fil bleu à l’ensemble des dessertes avec les gares de la métropole et sur les cars REMI.

TRANSITION ÉCOLOGIQUE

8. Création d’une « Agence de la Transition Écologique » : elle intégrera l’Agence Locale de l’Énergie et du Climat (ALEC) et concentrera en son sein l’ensemble des compétences de notre territoire dans les domaines de la maîtrise de l’énergie, du développement des déplacements doux, de la réduction des déchets et du passage à une alimentation biologique et locale.
9. Accélérer la formation des agents de la ville pour en faire « les fers de lance » de la transition écologique » : nous devons nous appuyer davantage sur la qualité et la motivation des agents de la ville.
10. Intégrer les critères environnementaux dans la politique d’achat public de la ville : nos ambitions en matière de développement durable seront intégrées dans notre politique d’achats et de contrats (cahier des charges).
11. Accélérer L’isolation thermique des bâtiments de la ville : nous devrons mobiliser tous les moyens disponibles pour accélérer les programmes en cours. La transition écologique exige de faire des choix, nous les ferons. Dans le cadre de ces interventions sur les bâtiments, nous procéderons systématiquement à leur désamiantage.
12. Étendre le réseau de chaleur biomasse (public et privé) et appel à projet en faveur du développement des énergies renouvelables sera lancé.
13. Intensifier la végétalisation de la ville avec la création de corridors écologiques et d’îlot et fraîcheur pour réduire l’impact des canicules. Tous les projets d’urbanisme seront concernés : les places végétalisées (avec des bancs à l’ombre pour le repos des personnes âgées ou fragiles), Projets du haut de la rue Nationale, des casernes, du haut de la Tranchée, lors de la création des lignes des bus à haut niveau de services (BHNS) à hydrogène, des Halles, de l’ilot Vinci notamment.

CONSOMMATION ET DÉCHETS

14. Renforcer l’utilisation des circuits courts, de l’alimentation bio et de l’éco-partage en s’appuyant sur les quartiers (marchés, commerçants) et en renforçant le poids des critères « développement durable » dans les appels d’offre de la ville.
15. Développement et création de potagers partagés : de la cour d’un immeuble aux jardins familiaux en passant par le végétalisation de terrasse, chaque projet pourra bénéficier du conseil et du soutien des services de la ville.
16. Réduire les consommations d’eau : réduire pertes et évaporation et progressivement le besoin (équipements, plantations…)
17. Réduire / supprimer des polluants en particulier les plastiques : supprimer les contenants de cuisson, de réchauffe et de service en matière plastique dans les services de restauration collective ainsi que les établissements d’accueil d’enfants de moins de 6 ans. Proposer des solutions pour la suppression complète des sacs plastiques sur les marchés et les commerçants de la ville dans les 5 ans. Amélioration du traitement des micropolluants par le service de régie de l’eau.
18. Développer des filières locales de déconstruction et de recyclage pour valoriser nos déchets et développer l’économie circulaire : Plastiques, verres, métaux la plupart des filières de traitement sont délocalisées (où le seront prochainement pour les déchets organiques avec la saturation du centre d’enfouissement). Outre le coût écologique du transport, cela transfère la responsabilité du traitement des déchets à d’autres. Des technologies matures permettent de valoriser une grande partie d’entre eux dans des conditions environnementales de qualité et créatrice d’emplois. Nous porterons cette réflexion au niveau de la métropole


Une Ville Commerciale & Innovante

Commerce de Proximité, Tourisme, Artisanat & Entreprises

COMMERCE DE PROXIMITÉ

19. Gratuité des transports en commun le week-end, du stationnement la première demi-heure la semaine et le samedi après-midi / tarification différenciée pour certaines professions installées dans notre ville (professionnels de santé, artisans), pour favoriser l’accès au centre-ville et dynamiser son offre commerciale. Elaboration d’un plan de stationnement global (parking relais, parcs souterrains) avec affichage des places disponibles, concertation avec les bailleurs des parkings souterrains pour trouver des solutions attractives pour les usagers des commerces de proximité (ex. le parking de Monoprix gratuit pendant 1h).
20. Créer une foncière en immobilier commercial pour maîtriser la spéculation sur les fonds commerciaux et dynamiser l’implantation de commerces indépendants et valoriser les circuits court.
21. Construire un projet des Halles rassembleur et réaliste intégrant la « Cité de la Gastronomie » pour répondre aux attentes des commerçants, du marché et des riverains et valoriser la gastronomie tourangelle. Végétaliser et embellir les espaces urbains notamment les places (de la Résistance, de la gare de Tours, Dublineau, Beaujardin, Velpeau, Miquel et de Monconseil / Deux-Lions pour favoriser l’implantation de Marché /commerces de proximité). Créer des espaces « circuits courts / Producteurs bio » sur les marchés et manifestations avec des tarifs privilégiés pour les producteurs locaux.
22. Maintenir et développer la « Ville Hôpital Bretonneau » : maintenir et développer l’économie de l’ouest tourangeau en favorisant le rayonnement de l’Hôpital Bretonneau, de son pôle de formation et de son écosystème : Résidence intergénérationnelle, déserte directe du réseau de transports en commun, entreprises liées à la santé du futur, etc.

TOURISME

23. Structurer et développer l’offre touristique : développement de l’offre touristique : Création / valorisation de parcours et de découvertes touristiques (Loire et Cher à vélo, gabarres, jardins remarquables, lieux insolites ou lieux panoramiques accessibles. Utilisation systématique du label « Loire Valley » pour valoriser notre patrimoine connu dans le monde entier (Tours doit devenir La porte d’entrée du Val de Loire). Création d’une « Vallée de la Gastronomie. » Avec les autres régions où coule la Loire (et le Cher) dans le prolongement naturel de la Cité de la Gastronomie.
24. Favoriser l’accueil des touristes : transport doux gares Saint Pierre des Corps / Tours (navette ferroviaire automatique / Bus Haut niveau de service / location de vélos) et navette gratuite Aéroport / Tramway et création d’un Pass Touristique.

ARTISANAT / ENTREPRISES

25. Création d’une « cité des artisans » et de « la galerie des Arts » près du CCOD en haut de la rue Nationale (en complément du CCOD) pour servir de « vitrine » (ventes, création de prix, évènements) et de « moteur » (conseils à l’installation, à l’exportation, au markéting numérique) à l’artisanat local et à la création artistique locale.
26. Favoriser la création d’entreprise avec la création d’un centre de ressources le « Quai des entreprises » sur l’Ilot Vinci : ce centre de ressources implanté sur l’Ilot Vinci près de la gare, s’appuiera sur les forces vives et les acteurs de l’économie locale pour proposer une offre globale d’aide à la création / implantation d’entreprises.
27. Transformer / Développer les services de l’aéroport de Tours : associer les populations riveraines à la réflexion sur l’avenir de l’aéroport : diversification des compagnies aériennes et aménagement de la zone pour l’implantation d’entreprises.
28. Favoriser le développement et la création de filières locales de recyclage et de déconstruction : la zone de l’aéroport qui offrira après le départ de l’école de chasse près de 600 hectares aménageables pourrait devenir un centre dédié à l’économie circulaire créatrice de valeur et d’emplois.


Une Ville Paisible & Propre

Sécurité & Tranquillité, Propreté

SÉCURITÉ ET TRANQUILLITÉ

29. Optimisation des effectifs et des moyens pour la police municipale pour renforcer la présence humaine sur le terrain. Nous développerons ainsi les présences pédestres et cyclistes dans tous les quartiers, à la réouverture du poste de quartier Ouest, pour une meilleure réactivité des agents de police et à l’optimisation de l’effectif du Centre de supervision (vidéosurveillance) urbain afin de traiter les informations recueillies et veiller à réduire les zones blanches encore non pourvues de caméras.
30. Assurer une meilleure coordination entre les agents de police nationale et ceux de la police municipale : création de groupes thématiques sur des problèmes précis et mise en place de réunions fréquentes réunissant tous les principaux acteurs capables de résoudre les problèmes de sécurité dans la ville.
31. Création d’un « Point Ecoute Tranquillité / Sécurité Publique » (adresse mail et numéro de téléphone) pour Informer et associer les habitants à la politique de sécurité de la ville. Nous souhaitons ainsi apporter un suivi individualisé et une réponse systématique à toutes les demandes et sollicitations faites auprès de ce service.
32. Mettre en place un programme de lutte contre les incivilités : en proposant par exemple des solutions novatrices pour éviter les vols de vélos (inspirées du système Bicycode). Nous veillerons aussi au respect de la tranquillité publique en luttant contre le bruit (notamment contre les deux roues motorisées qui ne respectent pas la loi).
33. Créer un plan de prévention de la délinquance : coordination et renforcement des actions de prévention des risques « situationnels », de médiation sociale, d’accompagnement des jeunes, de soutien à la parentalité, de prévention des toxicomanies et de la prévention à la récidive. Il conviendra de s’appuyer sur le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD).
34. Développer l’accueil des personnes en travail d’intérêt général (TIG) : cette alternative à l’incarcération favorise la responsabilisation des individus et leur retour au droit commun, par une ouverture sur le monde du travail.
35. Modifier et adapter l’aménagement urbain : travailler avec les associations et les habitants pour aménager l’espace public afin de permettre à chacun de circuler et de se promener en toute sécurité.
36. Améliorer la prise en charge des victimes : les enfants et les femmes sont victimes de violences, leur prise en charge doit être améliorée notamment avec l’aide des associations qui interviennent auprès de ces personnes vulnérables.

PROPRETÉ

37. Mettre en place des actions de prévention pour veiller à la propreté de la ville : la propreté ne se décrète pas, il faut infléchir les comportements : Mise en place d’une charte de la propreté, actions éducatives à l’école, aménagement volontariste de l’espace public (implantation de conteneurs enterrés, cendriers urbains, espaces réservés aux animaux et/ou des sacs dans tous les quartiers),
38. Améliorer la réactivité des services de la ville (nettoyage des espaces publics et des places de marchés, désherbage des trottoirs et des voies (Ville de Tours), collecte des corbeilles de rue, enlèvement des déjections canines, lutte contre les graffitis et l’affichage sauvage, fauchage des fossés et talus).


Une Ville Solidaire

Pouvoir d’Achat, Espace Solidaire, Éducation, Personnes Vulnérables

POUVOIR D’ACHAT

39. Baisser de 5% les principaux tarifs municipaux (restauration scolaire, location de salles). Elle concernera aussi les différentes prestations proposées par la ville dans les services jeunes, scolaires ou encore vie associative avec donc une baisse du prix de location des salles.
40. Mettre en place une tarification écologique et solidaire des transports urbains dans le cadre de la réduction de l’impact écologique des déplacements interurbains et de la mise en place de la gratuité des transports en commun le week-end il faut également adapter les tarifs actuels pour les abonnés, en particulier pour certaines populations : selon l’âge (scolaires et plus de 65 ans), selon la situation sociale (bénéficiaires de minima sociaux et les familles dont le quotient familial est inférieur à un certain seuil) ou selon le statut (étudiants, demandeurs d’emploi) et, bien entendu, aux personnes en situation de handicap) et mettre en place la tarification de l’ensemble des TER et du réseau REMI au prix « Fil bleu ».
41. Maîtriser le budget, stabiliser les impôts (impôts sur les ménages et les entreprises) et redistribuer les bénéfices d’une gestion rigoureuse.

ESPACE SOLIDAIRE

42. Créer un observatoire de la laïcité et des discriminations pour favoriser les pratiques de tolérance et de respect. Nous veillerons dans ce cadre à lutter contre tous les racismes, les discriminations, et en particulier le sexisme et les violences envers les femmes (objectif d’obtenir les Labels Diversité et Égalité pour la ville avant la fin du mandat).
43. Augmenter les moyens financiers et techniques pour simplifier et valoriser le travail des associations : meilleure répartition des maisons des associations sur tout le territoire tourangeau, recensement de celles-ci sur le site internet avec accès direct, élaboration d’un formulaire unique et dématérialisé pour les demandes de financement et organisation d’un prix annuel récompensant les associations les plus impliquées et utiles pour la ville et ses habitants (notamment les bénévoles). Un forum annuel des associations permettra de mieux faire connaître leurs activités et de recruter des bénévoles.
44. Maîtriser la densification verticale au profit d’une «densification douce » : il est un fait que les habitants veulent une maîtrise de la densification verticale. Ils demandent en revanche plus d’habitat éco-responsable. Une « densification douce », essentiellement sur le logement existant (division parcellaire, division pavillonnaire, extension de maison etc.) peut être une des solutions pour construire des logements dans les zones déjà urbanisées, bien desservies et équipées, avec plus d’espaces verts, tout en limitant l’étalement urbain.
45. Apporter une attention particulière aux nouvelles opérations d’urbanisme afin que la programmation soit plus équilibrée entre petits et grands logements pour faciliter l’accueil des familles. Tours stagne au plan démographique contrairement à d’autres villes comme Orléans. Ce constat s’explique en grande partie par le fait qu’il est difficile pour les familles de se loger à Tours. La plupart d’entre-elles sont contraintes d’habiter en périphérie.
46. Améliorer l’accessibilité de la ville et des services aux personnes en situation de handicap : cela implique de poursuivre l’accessibilité de la voirie, des bâtiments et des transports publics. C’est aussi accompagner le projet de vie de chacun en facilitant l’accès à l’école, au sport, à la culture, à l’emploi, à la citoyenneté, à l’autonomie.
47. Assurer l’équilibre social de l’habitat au-delà du plan de rénovation urbaine dans les quartiers Rives du Cher, Rochepinard, bords de Loire ou Bergeonnerie, mais également dans certains quartiers du centre-ville : outre le Sanitas, le programme ANRU concerne aussi la Rabaterie à Saint-Pierre, la Rabière à Joué et Maryse Bastié à Tours. Pour autant nous devons aussi avoir une politique en matière de renouvellement urbain sur les autres quartiers populaires qu’il faut aider à se mettre aux normes environnementales.
48. Rénover les quartiers prioritaires du Sanitas et de Maryse Bastié : la nécessaire rénovation de ces quartiers devra se faire sur des bases financièrement réalistes et de manière concertée avec les habitants pour assurer :

  • la mixité fonctionnelle et le développement économique : nous serons vigilants sur ce point car la question de l’emploi et de l’insertion professionnelle est importante dans ces quartiers prioritaires. Donc c’est peut-être un point à approfondir.
  • le relogement des ménages impactés par la démolition ou la transformation de leur logement: il conviendra de prévoir un accompagnement social individualisé des ménages en veillant notamment à la maitrise du reste à charge et de l’adéquation entre les revenus, les besoins et le nouveau logement.
  • la création de véritables espaces sociaux et éducatifs : au Sanitas, ce lieu réunira sur le même site, le centre social avec des locaux adaptés, une maison des associations, lieu de rencontres intergénérationnelles et café associatif… une sorte de « Mame Associatif »

49. Créer une bourse d’échanges des logements sociaux : la Ville accompagne déjà les demandeurs de logement social avec son service logement, qui est partenaire de 11 bailleurs sociaux et dispose par convention d’un contingent de réservations « MAIRIE » d’environ 7600 logements. Toutefois, le service logement devra développer un rôle de conseil aux citoyens et mettre en place une bourse d’échanges de logements sociaux comme cela a été réalisé dans d’autres villes.

ÉDUCATION

50. Consolider le plan pluriannuel de rénovation des écoles : au préalable, il sera nécessaire de dresser un état des lieux sur l’ensemble des écoles de Tours. La question des passoires écologiques dans les bâtiments scolaires est également un sujet à traiter simultanément. Cette programmation pluriannuelle inclura bien sûr la mise aux normes pour les personnes en situation de handicap des écoles qui n’auront pas encore été rendues accessibles.
51. Développer l’équipement numérique dans les écoles : en partenariat avec l’Etat et la Région, il conviendra de connecter et équiper chaque école en nouvelles technologies. Cette évolution devra se faire avec les enseignants.
52. Favoriser le soutien scolaire dans tous les établissements de la ville. Mettre en place une plate-forme numérique pour mettre à disposition des équipes pédagogiques toute l’offre de soutien scolaire bénévole disponible sur le territoire (en priorité les étudiants dans le cadre de leur cursus).
53. Intensifier le programme de réussite éducative : ce programme concerne les enfants de 2 à 16 ans des quartiers prioritaires Sanitas, Europe, Rochepinard, Fontaines et Rives du Cher. Il a bénéficié en 2018 à 568 enfants. A compter de 2019 il s’étend au quartier Maryse Bastié. Aujourd’hui, la Ville contribue à ce programme à hauteur de 100 000 €. Cet engagement devra être intensifié au cours de notre mandat.
54. Favoriser l’éveil musical, sportif et linguistique pour tous les enfants. Ces activités feront appel aux compétences des enseignants volontaires et à des intervenants extérieurs (éducateurs territoriaux, étudiants, jeunes en service civique). De même, il conviendrait de favoriser la découverte et la pratique du yoga dans les écoles de la ville.
55. Favoriser l’accompagnement des sorties scolaires : constituer un groupe composé de retraités bénévoles souhaitant participer aux sorties scolaires, s’il n’y a pas assez de parents accompagnateurs. Cela peut également permettre de rompre l’isolement des personnes âgées.
56. Education à la consommation durable et à l’économie circulaire : favoriser les circuits-courts à la cantine : l’objectif est d’arriver à un pourcentage
Créer une bourse d’échanges des logements sociaux: la Ville élevé de nourriture bio et locale. Cette transition permettra de développer une véritable éducation à la consommation durable et au goût. Cette démarche s’accompagnera d’une éducation à la réduction des déchets et à la baisse globale de la consommation des plastiques.

PERSONNES VULNÉRABLES

57. Renforcer le CCAS pour accompagner et soutenir les tourangeaux les plus fragiles : soutien aux associations dans la lutte contre l’exclusion : elles contribuent au maintien du lien social et à l’accompagnement des personnes dans une situation de précarité. L’enveloppe aujourd’hui de 250 600 €/an sera sensiblement renforcée. Accompagnement des jeunes en grande précarité : compte tenu de la part croissante des jeunes dans la population pauvre, le CCAS devra aussi orienter ses actions en direction de ces publics en s’appuyant sur le réseau des missions locales et des agences de Pôle emploi.
58. Réduire la fracture numérique face à la digitalisation de la société et à la dématérialisation des procédures administratives. Il conviendra d’équiper les centres sociaux qui ne le sont pas encore. Avec l’aide d’associations comme Emmaüs Connect, il conviendra aussi créer un lieu identifié et un service bénévole d’aide et d’accompagnement à l’utilisation et à la formation des outils numériques pour tous les habitants peu à l’aise dans l’utilisation de l’informatique ou qui ne souhaitent pas avoir un ordinateur à leur domicile.
59. Développer les services d’aides et de soins de proximité : améliorer la prise en charge de la dépendance à domicile : élargir l’offre d’aide et de soins à domicile afin de remédier aux difficultés actuelles (manque de médecins, de spécialistes et engorgement des urgences). Aider à l’installation de professionnels de santé conventionnés (cabinets pluridisciplinaires ou maisons de santé, rez-de-chaussée d’immeubles…) dans certains quartiers de la ville et de la Métropole. Développer le portage des repas livrés à domicile : les prestations de portage de repas à domicile sont un véritable service pour les personnes âgées qui souhaitent demeurer chez elles alors qu’elles ne sont plus capables de faire leurs courses ou de cuisiner.
60. Lutter contre l’isolement des seniors : renforcement / mise en place de service pour rompre l’isolement et favoriser le maintien à domicile : aide aux travaux d’aménagement du logement, portage de repas, prêts de livres et de DVD, téléalarme en liaison avec le Conseil Départemental. Création de nouvelles résidences favorisant les liens entre les générations : en mettant en place des espaces de cohabitation intergénérationnelle, pour permettre à des étudiants de se loger à petits prix, et aux personnes âgées de rompre la solitude. Valorisation de la transmission des aînés : en créant des évènements proposant aux seniors de partager leur savoir-faire. Une réflexion sera aussi menée sur la possibilité de créer un service gratuit d’accompagnement des aînés pour leurs sorties. Ce service pourrait proposer des stages aux étudiants dans le cadre de leur parcours personnel et professionnel.
61. Accompagner et protéger les personnes fragiles des conséquences du réchauffement climatique : au-delà de l’isolation thermique des logements, nous veillerons à accompagner les personnes âgées, les familles de jeunes enfants et les personnes en situation de handicap, pendant les épisodes de canicule afin d’en maîtriser leur impact. Un plan global sera mis en œuvre, avec tous les acteurs concernés pour apporter des solutions concrètes à ces nouvelles menaces.


Une Ville d’Art & de Culture

Patrimoine Artistique & Culturel, Culture & Éducation Artistique

VALORISER ET ANIMER NOTRE PATRIMOINE ARTISTIQUE ET CULTUREL

62. Soutenir l’obtention du label de Centre Culturel de Rencontre (CCR), comme le Château de Chaumont ou l’Abbaye de Fontevraud, devenant le premier CCR au sein d’une Métropole, pour sauvegarder et réhabiliter un site historique, patrimonial et touristique d’importance, autour d’un projet artistique et culturel innovant.
63. Créer un nouvel espace muséographique historique au Château de Tours : « Les portes de Loire ». Nous reprendrons le projet (préfiguration du CIAP). Cet espace muséographique innovant proposera une expérience immersive retraçant l’histoire de la ville de Tours et de son patrimoine culturel dont toutes les dimensions devront être prises en compte (architecture, imprimerie, soie, littérature, photographie, etc.). Il sera implanté dans l’enceinte ou proche du château de Tours en complément des espaces dédiés au Jeu de Paume. Un « Espace Hors les murs » permettra de prolonger cette expérience immersive à travers des circuits interactifs. L’espace de rencontre (action précédente) compètera ce dispositif.
64. Valoriser notre ville comme « Tours Cité de la musique » : nous porterons, un projet de rayonnement de toutes les expressions musicales à travers la promotion d’un label « Tours cité de la musique » : notre ville est le berceau de nombreuses expressions musicales : musiques anciennes, symphoniques, opéras, jazz, contemporaines et accueille ou soutien de très riches manifestations musicales qu’il faut valoriser.
65. Créer un centre d’histoire de la langue française qui aura pour vocation de mieux faire connaître l’histoire de notre langue, de la promouvoir, de valoriser la littérature francophone et de favoriser l’accueil d’étudiants étrangers. Dans ce cadre, nous soutiendrons les travaux de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine.
66. Créer le « Food-Trucks Loire Festival »: en partenariat avec des restaurateurs de Tours et des chefs issus de tous les pays représentés chaque année dans le florilège vocal, ces échanges culinaires gastronomiques trouveraient leur apogée lors des « Battles Culinaires » organisées sur les quais de Loire. C’est un des exemples de synergies entre musique (florilège vocal, gastronomie (Battles Culinaires Internationales), artisanat et arts (création et design des food-trucks), patrimoine fluvial (la guinguette de Tours) que nous développerons pour opérer un vrai « changement de braquet » dans le domaine culturel.

FAVORISER L’ACCÈS A LA CULTURE ET A L’ÉDUCATION ARTISTIQUE

67. Mettre en place une « salle des fêtes » pour chaque quartier : Création / Transformation / Optimisation des espaces publics, associatifs ou privés, proposés aux associations et habitants de la ville de Tours.
68. Développer une offre de découverte culturelle (création artistique et lecture) à destination de 100% des enfants de 3 à 16 ans : il faut développer, en particulier pour nos jeunes, des espaces culturels, artistiques autour des lieux emblématiques de notre ville : CCOD, CCNT, Théâtres, etc.
69. Soutenir et développer la création contemporaine locale dans le cadre de l’action du Centre de Création Contemporaine Olivier Debré (CCOD). Au-delà de sa mission de rayonnement culturel de la ville de Tours il doit être aussi un moteur de l’expression culturelle des artistes Tourangeaux qui deviendront, comme Olivier Debré aujourd’hui, les ambassadeurs de notre culture ligérienne.
70. Développer les Arts de rue (sculptures, fresques, décorations, etc.) : l’expression culturelle n’est pas réservée aux ronds-points ! Nous favoriserons, à travers l’art de rue la réflexion et l’introspection culturelle.

METTRE EN VALEUR LES ARTISTES LOCAUX

71. Créer le « Carrefour des Arts » : moyens techniques loués à l’heure ou à la journée aux artistes (ateliers d’artistes, studios d’enregistrement et de post-production, gravure/lithogravure, salles de répétitions, de spectacles, de conférences, d’enseignement et d’exposition et de logements / résidences réservées) dans le cadre du projet d’urbanisme des anciennes casernes Beaumont et du projet de reconstruction du Centre Chorégraphique National de Tours (CCNT).
72. Favoriser l’emploi des artistes et des techniciens locaux dans les projets artistiques et culturels de la ville.
73. Pérenniser et optimiser le soutien technique et financier aux compagnies tourangelles, et aux grandes manifestations (Aucard de Tours, American Tours Festival, etc.), et aux lieux emblématiques assurant le rayonnement de la ville (Grange de Meslay, Aucard de Tours, Château du Plessis, Muséum d’histoire naturelle, Grand théâtre, Le petit Faucheux notamment).


Une Ville Universitaire

Apprentissage, Enseignement Supérieur & Recherche

DÉVELOPPER L’APPRENTISSAGE, L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET LA RECHERCHE

74. Favoriser la création de nouvelles filières universitaires : Institut d’études politiques (IEP ou IPAG), Pôle de formation dans les domaines de l’urbanisme de l’architecture et des paysages (dont une école d’architecture)
75. Favoriser le développement de l’offre dans les filières scientifiques : il faut unir les forces des laboratoires universitaires et de Polytech Tours (seule école à proposer des diplômes d’ingénieurs) et de nos entreprises et organismes locaux (STmicroélectronics, CEA, INRA…) qui offrent des potentiels de recrutement importants pour développer des filières d’excellence de portée nationale ou internationale.
76. Favoriser les formations par alternance et les écoles de la deuxième chance : de nombreuses filières sont concernées, nous favoriserons, en particulier, les filières scientifiques, citées plus haut et les filières artisanales dont celles liées à la gastronomie et au tourisme.
77. Créer avec l’Université une maison des initiatives étudiantes : pour répondre à la dispersion des sites d’enseignement supérieur et universitaires (Tanneurs, Deux-Lions Grandmont, Bretonneau, Tours Nord, Cathédrale) et permettre aux étudiants de disposer d’un « lieu Totem » regroupant accueil, création et entreprenariat, projets associatifs et artistiques. Dans ce cadre nous mènerons également une réflexion sur le logement étudiant.


Une Ville Sportive

Pratiques Sportives & Infrastructures

FAVORISER LES PRATIQUES SPORTIVES

78. Remédier à la vétusté de certains équipements sportifs : la modernisation et la mise en sécurité du Centre Municipal des Sports (CMS), les vestiaires du stade Tonnellé (rugby) et la salle d’haltérophilie, la reconstruction du gymnase du Hallebardier (projet ANRU), les vestiaires du club de hockey sur glace à la Patinoire, travaux sur le site de la Milletière et ainsi que la poursuite du projet de skate park.
79. Créer des terrains de sports urbains pour les jeunes : construire des City-Stades dans les quartiers non pourvus de la ville. Se pose la question des salles polyvalentes ou gymnases pour certaines écoles, qui s’en trouvent éloignées.
80. Accompagner les clubs exerçant des pratiques sportives de compétitions et de loisirs nous placerons les clubs au cœur de notre politique sportive. Nous mobiliserons plus de moyens pour le mouvement sportif dans le cadre des « mercredis du sport » et des stages « sport et vacances ». Nous soutiendrons le sport loisir hors compétition et, plus globalement, les sportifs locaux de haut niveau quelle que soit la discipline.
81. Créer une plateforme de réservation claire et simple pour toutes les infrastructures sportives municipales. Dans le cadre de la refonte du site de la ville plus proche des citoyens et de leurs besoins.
82. Soutenir les sportifs locaux investis dans les disciplines olympiques mais bénéficiant de faibles couvertures médiatiques et l’engagement olympique pour 2024 : la région Centre-Val de Loire a reçu le label « Terre de Jeux 2024 » pour son engagement au projet PARIS 2024. La ville a également défini la liste des équipements proposés pour l’inscription aux CPJ, Centres de Préparation aux Jeux, dans le cadre du projet unique mis en place par la Région Centre Val de Loire, pilote de l’opération pour tout le territoire. Nous avons l’ambition d’intégrer la liste officielle des Centres de Préparation aux Jeux, qui pourront accueillir des délégations étrangères.


Une Ville Citoyenne

Expression Citoyenne & Projets Participatifs

FAVORISER L’EXPRESSION CITOYENNE

83. Pérenniser notre plate-forme participative : mise en place pour la construction de notre projet pendant les élections, pour intégrer à nos décisions, tous les projets qui permettront d’améliorer la qualité de vie dans les quartiers ou dans l’ensemble de notre ville (voir propositions suivantes).
84. Mettre en place un budget participatif (10% des investissements de la ville) destiné à soutenir les initiatives citoyennes : pour soutenir les initiatives citoyennes, un budget d’environ 2,2 M€ sera mis en place. Ce budget permettra de financer les « projets participatifs » proposés et soutenus par les citoyens. Une commission démocratie participative (Elus y compris de l’opposition et représentants des services de la ville) désigneront les projets les plus pertinents (transition écologique, économie circulaire, culture, aménagement urbain, etc.) qui seront financés par ce budget : 50% pour des projets destinés aux quartiers, 50% pour des projets dont la portée concerne le périmètre de la ville.
85. Mettre en place une procédure d’appel à projets participatifs « Quartiers » et « Ville » financés par le budget participatif : ces projets seront proposés sur la plate-forme participative selon 2 périmètres : Les quartiers et la ville dans son ensemble. Tous les citoyens souhaitant soutenir ces projets pourront le faire à travers la plate-forme en votant en leur faveur. Les projets ayant le plus grand nombre de soutiens (votes favorables) seront étudiés par les services de la ville (faisabilité juridique, technique et impact financier), validés en commission démocratie participative et financés : 1,2 M€ pour les projets quartiers, 1,2 M€ pour les projets ville.
86. Mettre en place un droit de pétition pour les tourangeaux : toute initiative entrant dans le cadre des compétences de la ville, proposée sur la plate-forme collaborative et soutenue par au moins 4000 habitants (~5% des électeurs), est inscrite à l’ordre du jour municipal, débattue et soumise au vote.
87. Ouvrir la possibilité d’organiser des référendums locaux : consultation ouverte / directe des tourangeaux sur les sujets importants / structurants (ex. projet des Halles, haut de la Tranchée, etc.).
88. Créer des Conseils consultatifs de quartier : associés à la politique de la ville dans les quartiers (dont les contours/appellation) pourront être redéfinis en fonction de la structure actuelle de la ville), ces conseils constitués, d’habitants, de représentants d’associations (parents d’élèves, centres sociaux, etc.) ou de professionnels (commerçants, professions libérales, entreprises) et si nécessaire de représentants de la ville (Elus, services techniques), pourront proposer des initiatives / Projets financés par le budget participatif à hauteur 5% des investissements de la ville (via la plate-forme participative dans le cadre des « projets de quartier »).
89. Adopter un règlement intérieur afin de limiter leur durée et d’augmenter l’efficacité des conseils municipaux : un règlement ou une charte de fonctionnement viendra mieux encadrer les règles de débat et ne pas alourdir inutilement l’ordre du jour des réunions du conseil municipal. Nous augmenterons la fréquence des conseils municipaux. Une partie de l’ordre du jour pourrait être ouverte aux élus de l’opposition.


Une Ville au Cœur de la Métropole

Fonctionnement des Instances Métropolitaines

RENFORCER LE FONCTIONNEMENT DES INSTANCES MÉTROPOLITAINES

90. Faire du CODEV un « Conseil de transition écologique et solidaire » : instance de dialogue rattachée à la Métropole, le CODEV réunira tous les acteurs concernés. Car il est absolument nécessaire de mieux associer les habitants aux décisions impactant leur cadre de vie. Son rôle doit être d’éclairer l’avenir notamment en matière de transition écologique. Il faut également lui permettre de conduire les études et travaux nécessaires à mettre en lumière les enjeux futurs des politiques qui n’ont de sens qu’à l’échelle métropolitaine. Son rôle doit également être accru au stade de l’élaboration et de la mise en œuvre des grands projets.
91. Se doter d’un Plan climat air énergie territorial (PCAET) qui construira, pour les 15 prochaines années, notre politique d’atténuation et d’adaptation au changement climatique : maîtrise des consommations, développement des énergies renouvelables, amélioration de la qualité de l’air. Nous soutiendrons également l’initiative de la Région Centre -Val de Loire visant à créer une COP régionale. Nous veillerons, en concertation avec les associations et les habitants à la cohérence avec le futur Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI).
92. Régler rapidement la question du bouclage du périphérique : les non-décisions ou reports de débat autour de cette question contribuent à geler les améliorations attendues en termes de fluidification de la circulation au Nord de la Métropole. Le débat doit être tenu, avec les élus de la Métropole et les habitants, mais n’évitera pas la question du bien-fondé d’une telle infrastructure notamment dans un contexte de réduction de l’utilisation de la voiture.
93. Dépasser les frontières de la commune pour inscrire la politique culturelle dans une dynamique métropolitaine ambitieuse : clarifier les compétences culturelles (équipements, offre culturelle) entre la Ville et la Métropole en veillant à la bonne complémentarité et au rayonnement des équipements culturels de Tours et des autres villes de la Métropole. Organiser des assises / rencontres de la culture, ouvertes aux professionnels comme au public, afin de construire avec nos partenaires les projets culturels de demain.
94. Mieux informer sur l’action de la Métropole : rendre compte, au moins une fois par trimestre, devant le conseil municipal de Tours, de l’activité de la Métropole. Pour mémoire, e91n mars 2019, le conseil municipal a été amené à formuler un avis sur le rapport d’activité 2017 de la métropole ! Compte tenu du temps, l’exercice demandé est assez artificiel et relève plus d’un travail d’archéologie administrative que d’une vraie consultation démocratique sur l’action de la Métropole.

Vous êtes déjà 877 à avoir contribué !

Plateforme Collaborative

Participez à notre programme pour les élections de 2020 !

N'hesitez pas à soumettre vos idées pour améliorer l'attractivité de notre ville.
Toutes vos contributions seront prises en compte et analysées. Nous ajouterons les meilleures d’entre elles à notre programme.

(*Champs obligatoires)







OuiNon

Économie & CommerceTransition ÉcologiqueCohésion SocialeCulture & UniversitésDémocratie Participative


Afin de traiter votre demande de contact, nous collectons des données personnelles : nom, prénom, e-mail et téléphone. Votre consentement est nécessaire. Autoriser

Conformément à la loi n°2018-493 du 20 juin 2018 relative à la protection des données personnelles, nous vous informons sur les données collectées : type, finalité et durée de conservation. Pour en savoir plus, consultez notre page Mentions Légales.