Participez au programme !

Cohésion Sociale

Comment favoriser dans tous les quartiers de notre ville l’accès à la santé, l’éducation ou au sport ?
Comment assurer le bien-être et la sécurité de tous ?

Notre projet Tours 2020 s’appuie sur une volonté clairement affirmée de répondre à des objectifs de bien-vivre ensemble, de qualité de vie et d’efficience des services rendus à la population notamment en matière de tranquillité publique. Nous proposons de construire un plan d’action autour de huit priorités que nous mettons en débat sur notre plateforme collaborative.
L’amélioration du service rendu aux habitants repose aussi sur la mobilisation des agents de la ville avec lesquels nous souhaitons travailler pour améliorer leurs conditions de travail et la gestion des carrières.

nicolas-gautreau-les-independants-tours-cohesion-sociale-2


Vivre Mieux Ensemble

1. La lutte contre les discriminations et pour la défense de la laïcité

  • Favoriser l’intégration et la mixité : en se donnant pour objectif d’obtenir les Labels Diversité et Égalité pour la ville avant la fin du mandat. Ces Labels ont été créés par l’Etat en 2005 et 2008 pour récompenser les entreprises, collectivités territoriales, associations. Il reconnait les bonnes pratiques de recrutement et d’évolution professionnelle valorisant la diversité dans la sphère du travail.
  • Œuvrer pour davantage de tolérance et de respect : en créant un Observatoire Régional de la Laïcité, comme de nombreuses régions l’ont déjà fait, pour être au plus près de ces thématiques.
  • Lutter contre tous les racismes et les discriminations : il convient également de poursuivre les actions en faveur de l’égalité femmes-hommes et contre le sexisme et les violences faites aux femmes.

2. Le soutien aux associations gérant des centres sociaux

Ces centres sociaux contribuent à créer du lien social entre les habitants. Ils occupent une place stratégique pour proposer diverses animations culturelles et sportives et contribuer ainsi au développement de l’enfant et à l’épanouissement de l’adulte.

  • Mieux répartir les maisons des associations sur tout le territoire tourangeau (ex : Centre de Vie du Sanitas, Tours Nord).
  • Simplifier et valoriser le travail des associations : il serait utile d’élaborer un formulaire unique et dématérialisé pour les demandes de financement. La dématérialisation des documents administratifs et comptables facilitera la tâche des associations. Celles-ci seront recensées sur le site internet de la ville (avec lien direct) et on organisera un prix annuel récompensant les associations les plus impliquées et utiles pour la ville et ses habitants (notamment les bénévoles). Un forum annuel des associations permettra de mieux faire connaître leurs activités et de recruter des bénévoles.

Garantir la Sécurité & la Tranquillité Publique

La sécurité locale et la tranquillité publique sont des compétences du maire en vertu de la loi. Elle est assurée par la Police Municipale et par la Police Nationale dans le cadre d’une convention.

3. Le droit à la sécurité et à la tranquillité

  • Des effectifs et des moyens pour la police : le premier moyen de lutter contre les actes d’incivilité et les dégradations est de renforcer la présence humaine sur le terrain. Or, on a assisté depuis 2014 à une érosion des effectifs et de nombreux postes de sécurité ne sont pas pourvus. Nous développerons ainsi les présences pédestres et cyclistes dans tous les quartiers.
  • La réouverture du poste de quartier Ouest, pour une meilleure réactivité des agents de police.
  • La vidéo-protection : avoir plus de caméras ne suffit pas à garantir notre sécurité. Il faut optimiser l’effectif du Centre de supervision urbain afin de traiter les informations recueillies par ces équipements et veiller surtout à réduire les zones blanches des caméras encore non pourvues de caméras.
  • Une meilleure coordination des agents de police nationale et municipale : création de groupes thématiques sur des problèmes précis et mise en place de réunions fréquentes réunissant tous les principaux acteurs capables de résoudre les problèmes de sécurité dans la ville.
  • Informer et associer les habitants : nous proposons de créer un « Point Ecoute Tranquillité Publique » avec notamment une adresse mail et un numéro de téléphone pour apporter un suivi individualisé et une réponse systématique à toutes les demandes et sollicitations faites auprès de ce service.
  • Un programme de lutte contre les incivilités : en proposant par exemple des solutions novatrices pour éviter les vols de vélos (inspirées du système Bicycode). Nous veillerons aussi au respect de la tranquillité publique en luttant contre le bruit (notamment contre les deux roues motorisées qui ne respectent pas la loi).
  • Aménager l’espace public pour permettre à chacun de circuler et de se promener en toute sécurité.
  • Limiter certaines rues à 30Km/h pour une circulation apaisée.

4. La lutte contre les violences et les trafics

  • Un plan de prévention de la délinquance : coordination et renforcement des actions de prévention des risques « situationnels », de médiation sociale, d’accompagnement des jeunes, de soutien à la parentalité, de prévention des toxicomanies et de la prévention à la récidive. Il conviendra de s’appuyer sur le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD).
  • Développer l’accueil des personnes en travail d’intérêt général (TIG) : cette alternative à l’incarcération favorise la responsabilisation des individus et leur retour au droit commun, par une ouverture sur le monde du travail.
  • La prise en charge des victimes : les enfants et les femmes sont victimes de violences, leur prise en charge doit être améliorée notamment avec l’aide des associations qui interviennent auprès de ces personnes vulnérables. En matière de lutte contre la violence, il faudra s’appuyer sur les acteurs associatifs comme l’association « Prévenance » à l’école.

Veiller à la Propreté de notre Ville

La propreté participe à la qualité de vie de nos concitoyens ainsi qu’à l’attractivité de la ville. Nous intensifierons l’effort de la ville dans ce domaine qui est aussi une préoccupation majeure des habitants.

5. Une bataille à mener sur plusieurs fronts

  • Adopter une charte de la propreté : pour infléchir les comportements, nous proposons d’instaurer une charte de la propreté en associant les commerçants.
  • Aménager l’espace public pour permettre aux Tourangeaux de participer à la salubrité publique. Ainsi seront installés des cendriers urbains (qui participeront au recyclage des mégots), et des espaces réservés aux animaux et/ou des sacs dans tous les quartiers.
  • Mener des actions éducatives à l’école agir pour la propreté à l’école ; mettre en place des campagnes de communication et des actions avec les écoles.

6. Améliorer le service rendu aux habitants

  • Rendre un service de qualité aux habitants : nettoyage des espaces publics et des places de marchés, désherbage des trottoirs et des voies (Ville de Tours), collecte des corbeilles de rue, enlèvement des déjections canines, lutte contre les graffitis et l’affichage sauvage, fauchage des fossés et talus).
  • Agir plus rapidement pour l’enlèvement des graffitis et de l’affichage sauvage car les habitants se plaignent des lenteurs dans ce domaine. L’enlèvement des graffitis à Tours est aujourd’hui effectué gratuitement sur les façades des immeubles visibles et facilement accessibles depuis une voie publique, sur demande (en Mairie ou à la Métropole) des particuliers, syndics de propriété ou gestionnaires immobiliers.
  • Étendre l’implantation de conteneurs enterrés : cela permettra d’optimiser la collecte et favorise la disparition des poubelles sur les trottoirs.
  • Inciter les habitants à rentrer leurs poubelles : c’est une nécessité pour faciliter la circulation de tous mais plus particulièrement des poussettes, des personnes âgées et des facteurs sur les trottoirs et également pour que Tours ne soit pas la ville des poubelles. Se donner les moyens d’inciter les habitants (voir projet précédent).

Redonner du Pouvoir d’Achat

Face aux difficultés croissantes d’un nombre de plus en plus important de nos concitoyens pour boucler leur budget, il nous est apparu nécessaire d’agir pour redonner du pouvoir d’achat aux tourangeaux.

7. Un budget maîtrisé sans augmentation d’impôts

  • Un budget maîtrisé : des efforts de bonne gestion permettront de dégager des marges de manœuvre financières suffisantes pour continuer d’investir sans devoir recourir à l’emprunt.
  • Stabilité des impôts : notre projet 2020 prévoit une stabilité des taux d’imposition (impôts sur les ménages et les entreprises) sur toute la mandature.

8. Une tarification plus solidaire des transports en commun

  • Une tarification sociale : nous adapterons la grille tarifaire afin d’élargir l’accès des transports en commun à certaines populations notamment selon l’âge (scolaires et plus de 65 ans), la situation sociale (bénéficiaires de minima sociaux et les familles dont le quotient familial est inférieur à un certain seuil) ou le statut (étudiants, demandeurs d’emploi) et, bien entendu, aux personnes en situation de handicap).
  • La gratuité des transports en commun le week-end : elle sera mise en place pour des raisons à la fois écologique (réduction de l’empreinte carbone), économique (commerce du centre-ville) et social (pouvoir d’achat).

9. La baisse de 5% des principaux tarifs municipaux

Une baisse de 5 % des principaux tarifs municipaux : nous proposons une baisse des tarifs municipaux, à commencer par ceux de la restauration scolaire. Elle concernera aussi les différentes prestations proposées par la ville dans les services jeunes, scolaires, ou encore vie associative avec donc, une baisse du prix de location des salles.


Soutenir l’Éducation des Plus Jeunes

10. Un plan réaliste de rénovation des écoles

Un plan pluriannuel de rénovation des écoles : au préalable, il sera nécessaire de dresser un état des lieux sur l’ensemble des écoles de Tours. La question des passoires écologiques dans les bâtiments scolaires est également un sujet à traiter simultanément. Cette programmation pluriannuelle inclura bien sûr la mise aux normes pour les personnes en situation de handicap des écoles qui n’auront pas encore été rendues accessibles.

11. Une restauration scolaire innovante et de qualité

  • Favoriser les circuits-courts à la cantine : l’objectif serait d’arriver à un certain pourcentage de nourriture saine (bio) et locale. Cela permettrait également de développer une véritable éducation au goût des plus jeunes.
  • Réduire les déchets et la consommation des plastiques : nous devons trouver des modes d’incitation innovants pour former les plus jeunes enfants au recyclage et à la réduction des déchets ; qu’il s’agisse de la restauration ou du matériel scolaire, nous devons proposer pour l’éducation des plus jeunes des alternatives aux plastiques.

12. Le parcours éducatif des enfants scolarisés

  • Du soutien scolaire dans tous les établissements de la ville. Mettre en place une plate-forme numérique pour mettre à disposition des équipes pédagogiques toute l’offre de soutien scolaire bénévole disponible sur le territoire (en priorité les étudiants dans le cadre de leur cursus).
  • Le développement du numérique dans les écoles : en partenariat avec l’Etat et la Région, il conviendra de connecter et équiper chaque école en nouvelles technologies. Cette évolution devra se faire avec les enseignants.
  • Le programme de réussite éducative : ce Programme concerne les enfants de 2 à 16 ans des quartiers prioritaires Sanitas, Europe, Rochepinard, Fontaines et Rives du Cher. Il a bénéficié en 2018 à 568 enfants. A compter de 2019 il s’étend au quartier Maryse Bastié. Aujourd’hui, la Ville contribue à ce programme à hauteur de 100 000 €. Cet engagement devra être intensifié au cours de notre mandat.
  • L’éveil musical, sportif et linguistique pour tous les enfants. Ces activités feront appel aux compétences des enseignants volontaires et à des intervenants extérieurs (éducateurs territoriaux, étudiants, jeunes en service civique). De même, il conviendrait de favoriser la découverte et la pratique du yoga dans les écoles de la ville.
  • L’accompagnement des sorties scolaires : constituer un groupe composé de retraités bénévoles souhaitant participer aux sorties scolaires, s’il n’y a pas assez de parents accompagnateurs. Cela peut également permettre de rompre l’isolement des personnes âgées.

Améliorer l’Accès aux Soins et aux Services Sociaux pour les Personnes Vulnérables

13. Un CCAS au service des plus fragiles

  • Le soutien aux associations dans la lutte contre l’exclusion : elles contribuent au maintien du lien social et à l’accompagnement des personnes dans une situation de précarité. L’enveloppe aujourd’hui de 250 600 €/an sera sensiblement renforcée.
  • L’accompagnement des jeunes en grande précarité : compte tenu de la part croissante des jeunes dans la population pauvre, le CCAS devra aussi orienter ses actions en direction de ces publics en s’appuyant sur le réseau des missions locales et des agences de Pole emploi.
  • La fracture numérique : face à la dématérialisation des procédures administratives, il conviendra d’équiper les centres sociaux qui ne le sont pas encore. Avec l’aide d’associations comme Emmaüs Connect, il conviendra aussi créer un lieu identifié et un service bénévole d’aide et d’accompagnement à l’utilisation et à la formation des outils numériques pour tous les habitants peu à l’aise dans l’utilisation de l’informatique ou qui ne souhaitent pas avoir un ordinateur à leur domicile.

14. Des services d’aide et de soins de proximité

  • Améliorer la prise en charge de la dépendance à domicile : élargir l’offre d’aide et de soins à domicile afin de remédier aux difficultés actuelles (manque de médecins, de spécialistes et engorgement des urgences).
  • Aider à l’installation de professionnels de santé conventionnés (cabinets pluri-disciplinaires ou maisons de santé, rez-de-chaussée d’immeubles…) dans certains quartiers de la ville et de la Métropole.
  • Développer le portage des repas livrés à domicile : les prestations de portage de repas à domicile sont un véritable service pour les personnes âgées qui souhaitent demeurer chez elles alors qu’elles ne sont plus capables de faire leurs courses ou de cuisiner.

15. Lutter contre l’isolement des seniors

Concernant l’isolement social des personnes âgées, c’est un phénomène grandissant avec l’avancée en âge. La part de la population en situation d’isolement objectif augmente de manière continue avec l’âge (2 à 3% avant 40 ans, 9 à 10% avant 60 ans et 15 à 16% au-delà de 60 ans).

  • Différents services seront développés pour rompre l’isolement et favoriser le maintien à domicile : aide aux travaux d’aménagement du logement, portage de repas, prêts de livres et de DVD, téléalarme en liaison avec le Conseil Départemental.
  • De nouvelles résidences favorisant les liens entre les générations : en mettant en place des espaces de cohabitation intergénérationnelle, pour permettre à des étudiants de se loger à petits prix, et aux personnes âgées de rompre la solitude.
  • Mettre en valeur la transmission des aînés : en créant des évènements proposant aux seniors de partager leur savoir-faire. Une réflexion sera aussi menée sur la possibilité de créer un service gratuit d’accompagnement des aînés pour leurs sorties. Ce service pourrait proposer des stages aux étudiants dans le cadre de leur parcours personnel et professionnel.

Faire de la Ville un Espace Solidaire

La politique de la ville vise à améliorer les conditions et la qualité de vie des habitants résidant dans des territoires fragilisés. Le contrat de ville signé pour la période 2015-2020 arrive à échéance.

16. Une ville accessible à tous dans un cadre urbain rénové

  • Une ville accessible à tous : cela implique de poursuivre l’accessibilité de la voirie, des bâtiments et des transports publics pour les personnes en situation de handicap. C’est aussi accompagner le projet de vie de chacun en facilitant l’accès à l’école, au sport, à la culture, à l’emploi, à la citoyenneté, à l’autonomie.
  • L’équilibre social de l’habitat : outre le Sanitas, le programme ANRU concerne aussi la Rabaterie à Saint-Pierre (23,7 M€), la Rabière à Joué (20,3 M€) et Maryse Bastié à Tours (22,8 M€). Pour autant nous devons aussi avoir une politique en matière de renouvellement urbain sur les autres quartiers populaires : les Rives du Cher, Rochepinard, les bords de Loire ou la Bergeonnerie, sans compter certains quartiers du centre-ville issus de la reconstruction après-guerre qu’il faut aider à se mettre aux normes environnementales.

17. La rénovation des quartiers du Sanitas et de Maryse Bastié

  • Un quartier prioritaire : la nécessaire rénovation du quartier du Sanitas devra se faire sur des bases financièrement réalistes et de manière concertée avec les habitants de ce quartier. Sur 126 millions € d’investissements proposés, l’ANRU a prévu pour Tours un soutien de 47 millions € (dont 6 de prêts mobilisés par Action Logement). Tours Métropole apporterait 18 M€. C’est un projet ambitieux mais qui ne semble pas très réaliste au plan financier. En co-construction avec les habitants, nous allons reprendre ce projet sur des bases plus réalistes.
  • La mixité fonctionnelle et le développement économique : nous serons vigilants sur ce point car la question de l’emploi et de l’insertion professionnelle est importante dans ces quartiers prioritaires. Donc c’est peut-être un point à approfondir.
  • Le relogement des ménages impactés par la démolition ou la transformation de leur logement : il conviendra de prévoir un accompagnement social individualisé des ménages en veillant notamment à la maitrise du reste à charge et de l’adéquation entre les revenus, les besoins et le nouveau logement.
  • Création d’un véritable Espace Social et éducatif : au Sanitas, ce lieu réunira sur le même site, le centre social avec des locaux adaptés, une maison des associations, lieu de rencontres inter generationnels et café associatif etc… « une sorte de Mame Asssociatif ».

18. Des demandeurs de logement social mieux accompagnés

Une bourse d’échange des logements sociaux : la Ville accompagne déjà les demandeurs de logement social avec son service logement, qui est partenaire de 11 bailleurs sociaux et dispose par convention d’un contingent de réservations « MAIRIE » d’environ 7600 logements. Toutefois, le service logement devra développer un rôle de conseil aux citoyens et mettre en place une bourse d’échanges de logements sociaux comme cela a été réalisé dans d’autres villes.

19. Une densification plus « douce »

Diminuer la densification verticale au profit d’une « densification douce » : il est un fait que les habitants ne veulent plus de densification verticale, et demandent en revanche plus d’habitat éco-responsable. Une « densification douce », essentiellement sur le logement existant (division parcellaire, division pavillonnaire, extension de maison etc.) peut être une des solutions pour construire des logements dans les zones déjà urbanisées, bien desservies et équipées, avec plus d’espaces verts, tout en limitant l’étalement urbain.

20. La vocation résidentielle de Tours à conforter

Faciliter l’accueil des familles : Tours stagne au plan démographique contrairement à d’autres villes comme Orléans. Ce constat s’explique en grande partie par le fait qu’il est difficile pour les familles de se loger à Tours. La plupart d’entre-elles sont contraintes d’habiter en périphérie. Une attention particulière sera donc portée aux nouvelles opérations d’urbanisme afin que la programmation soit plus équilibrée entre petits et grands logements.


Favoriser les Pratiques Sportives en toute Sécurité

21. L’accès au sport pour les jeunes

  • Plus de terrains de sports pour les jeunes : construire des City-stades dans les quartiers non pourvus de la ville. Se pose la question des salles polyvalentes ou gymnase pour certaines écoles, qui s’en trouvent éloignées.
  • Accompagner les clubs exerçant des pratiques sportives de compétitions et de loisirs nous placerons les clubs au cœur de notre politique sportive. Nous mobiliserons plus de moyens pour le mouvement sportif dans le cadre des « mercredis du sport » et des stages « sport et vacances ». Nous soutiendrons le sport loisir hors compétition et, plus globalement, les sportifs locaux de haut niveau quelle que soit la discipline.
  • Soutenir les sportifs locaux investis dans les disciplines olympiques mais bénéficiant de faibles couvertures médiatiques.
  • Créer une plateforme de réservation claire et simple pour toutes les infrastructures sportives municipales. Dans le cadre de la refonte du site de la ville plus proche des citoyens et de leurs besoins.

22. La modernisation des équipements sportifs

Remédier à la vétusté de certains équipements : la modernisation et la mise en sécurité du Centre Municipal des Sports (CMS), les vestiaires du stade Tonnellé (rugby) et la salle d’haltérophilie, la reconstruction du gymnase du Hallebardier (projet ANRU), les vestiaires du club de hockey sur glace à la Patinoire, travaux sur le site de la Milletière et ainsi que la poursuite du projet de skate park.

23. L’engagement olympique pour les JO 2024

L’engagement olympique : la région Centre-Val de Loire a reçu le label « Terre de Jeux 2024 » pour son engagement au projet PARIS 2024. La ville a également défini la liste des équipements proposés pour l’inscription aux CPJ, Centres de Préparation aux Jeux, dans le cadre du projet unique mis en place par la Région Centre Val de Loire, pilote de l’opération pour tout le territoire. Nous avons l’ambition d’intégrer la liste officielle des Centres de Préparation aux Jeux, qui pourront accueillir des délégations étrangères.

Voir le Programme Complet

Vous êtes déjà 877 à avoir contribué !

Plateforme Collaborative

Participez à notre programme pour les élections de 2020 !

N'hesitez pas à soumettre vos idées pour améliorer l'attractivité de notre ville.
Toutes vos contributions seront prises en compte et analysées. Nous ajouterons les meilleures d’entre elles à notre programme.

(*Champs obligatoires)







OuiNon

Économie & CommerceTransition ÉcologiqueCohésion SocialeCulture & UniversitésDémocratie Participative


Afin de traiter votre demande de contact, nous collectons des données personnelles : nom, prénom, e-mail et téléphone. Votre consentement est nécessaire. Autoriser

Conformément à la loi n°2018-493 du 20 juin 2018 relative à la protection des données personnelles, nous vous informons sur les données collectées : type, finalité et durée de conservation. Pour en savoir plus, consultez notre page Mentions Légales.